Ce document résume l’ensemble du projet de la Maison de la Photographie de 1996 à 2018, projet porté par Olivier Spillebout et qui a abouti à la création d’un lieu culturel, dédié à la photographie, devenu une référence nationale et internationale, au coeur d’un quartier lillois en difficulté.

Passionné par la photographie et partant du constat, partagé par les artistes, de l’absence de lieu et d'évènement d’envergure dédiés à la photographie sur le territoire, il a fondé un lieu devenu aujourd’hui une structure d’excellence, la Maison de la Photographie, associée à un festival les Transphotographiques, reconnu au niveau national et international. 

Témoignage de Lucien Clergue, Fondateur des Rencontres d’Arles

Cette note vient donc clarifier les circonstances de la progression du projet et la situation actuelle de la Maison de Photographie.

Elle a un objectif global de présenter aux partenaires et aux institutions les éléments précis et exhaustifs d’un dialogue qui n’a jamais pu réellement se tenir depuis des années.

Il est certain que la manière dont a été porté le projet depuis 20 ans est, sans être unique, particulièrement atypique, comparativement aux usages de création d’établissements culturels subventionnés ou soutenus : la Maison de la Photo est un projet d’origine privée, elle n’a pas été initiée par une collectivité publique ni une institution.

Elle a néanmoins été accompagnée depuis 2001, certes de façon variable, mais constamment par les pouvoirs publics. Parallèlement, et bien que certains critiquent le projet, sa qualité a été largement saluée par la confiance durable des artistes, des institutions et du public.

Cependant en raison des prises de position publiques d’Olivier Spillebout sur l’évolution de la politique culturelle lilloise, le projet culturel de la Maison Photo a subi sur de nombreuses années, des critiques, des désengagements, voire même début 2018 des manoeuvres politiques et des attaques de la part de certains élus. La réduction de ces soutiens financiers a créé des difficultés budgétaires à la structure, obligeant la direction à prendre différentes dispositions expliquées ci-après. 

Aujourd’hui, en 2018, avec la décision de la Ville de Lille de supprimer la subvention annuelle de fonctionnement de la Maison de la Photo, pour des raisons purement politiques,  c’est bien la survie du projet artistique et culturel qui est en jeu.

De plus, l’émergence du grand projet régional d’Institut Pour la Photographie, apparut en juillet 2017, n’associe pas réellement les acteurs en place, et vient questionner fortement l'existence et le rôle à venir de la Maison de la Photo.

Il interroge également sur la cohérence des politiques publiques passées et actuelles concernant le domaine de la photographie et des arts visuels sur les dix dernières et particulièrement en 2018

Dans ce contexte, la structure se positionne en résistance face à ces décisions qu’elle estime arbitraires. La Maison de la Photographie n'accepte pas la situation dans laquelle elle est placée, au regard de tout ce qui a été construit depuis 20 ans, et au regard de la nécessité impérieuse d’actions culturelles et économiques fortes dans un quartier populaire comme Fives. 

Nous ne pouvons que nous battre pour faire en sorte que le projet dépasse les clivages et survive aux polémiques entretenues et actuelles.

Using Format